mercredi 4 mai 2016

Chocolat amer de Laura Esquivel

Résumé:
Dans le Mexique du début du siècle, en pleine tempête révolutionnaire, Tita, éperdument éprise de Pedro, brave les interdits pour vivre une impossible passion. À cette intrigue empruntée à la littérature sentimentale, Laura Esquivel mêle des recettes de cuisine. Car Tita possède d'étranges talents culinaires: ses cailles aux pétales de roses ont un effet aphrodisiaque, ses gâteaux un pouvoir destructeur. L'amour de la vie est exalté dans ces pages d'un style joyeux et tendre, dont le réalisme magique renvoie aux grandes œuvres de la littérature latino-américaine. Chocolat amer, adapté en film sous le titre Les épices de la passion, s'est vendu à plus de quatre millions d'exemplaires dans le monde.

Pourquoi ce livre? 
Il m'avait été offert lors d'un swap "bienvenue dans ma cuisine" et il était parfait pour rentrer dans la catégorie "auteur mexicain" de mon challenge tour du monde. 

Mon avis:
Je suis mitigée avec ce livre. On a une histoire de la culture mexicaine vue par le prisme de cette famille. Une famille composée de filles, uniquement. Et notre héroïne, Tita, est la plus jeune. Malheureusement pour elle car selon la tradition (familiale?) elle doit rester auprès de sa mère jusqu'à la mort de celle-ci. Or Tita aime Pedro. Et Pedro aime Tita. Alors pour rester près de Tita, Pedro va épouser sa sœur et vivre avec elles. Une tragédie. Tout le monde sera finalement malheureux dans cette histoire. Tita, elle se réfugie dans la cuisine familiale où sa gouvernante lui a tout appris. On a de magnifique descriptions de recettes de cuisine. Avec des petites indications spéciales du genre "touiller dans un sens ou dans l'autre aura des conséquences différentes". 
Mais en plus Tita est un peu magicienne. Pour un peu que ses larmes tombent dans la crème du gâteau de mariage de sa sœur et de Pedro et tout le monde repartira triste. Mais si Pedro éveille sans le vouloir un profond désir lorsqu'il la surprend en train de préparer  les cailles, et celles-ci auront un puissant effet aphrodisiaque (demandez à la cadette^^). 
On a cette histoire d'amour impossible, cette histoire de famille terrible, cette magnifique histoire de cuisine qui donnent un cocktail vraiment étrange. J'en ai tellement voulu à cette mère despotique qui détruisait le bonheur de tout le monde. Car même la sœur aînée mariée à Pedro ne sera jamais heureuse de se savoir mal aimée. 
On a une vision du Mexique où la femme non mariée est vraiment mise au ban de la société. 
Heureusement Tita a des amis et Tita a des neveux et nièces. Mais Tita est malheureuse. 
Et je trouvais que ce malheur suintait à travers les pages du livre, malgré les bonnes odeurs de cuisine qui en sortaient, pour moi le mot "amer" du titre correspond parfaitement pour une description succincte de ce livre.
La magie discrète mais néanmoins là donne un petit air fantastique à cette histoire triste mais belle. 
On a une écriture dans le style des contes qui peut-être difficile à appréhender mais qui donne encore plus un air fantastique à cette histoire. 
Le récit est divisé en 12 chapitres qui portent les noms des mois de l'année et au début desquels le lecteur trouvera une recette tiré du livre de recettes de Tita. Donc des plats traditionnels mexicains. 
Même si j'ai aimé quelques points, j'ai trouvé la lecture trop spéciale pour vraiment adoré ce petit roman mexicain, auquel je donnerais du coup la note de 3,5/5.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire